Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Safepole, Léonard Foggia (2015)

Publié le par F.

Premier roman de Léonard Foggia publié aux éditions Chum en 2015, Safepole se présente comme un récit d'anticipation mêlant géopolitique, nouvelles technologies et problématiques socio-environnementales, non sans écho avec le contexte de lecture.

Par sa construction en cinq chapitres et en croisant destins individuels et enjeux collectifs, Safepole, entre esthétique théâtrale antique et écriture cinématographique, dépeint un monde meurtri par une crise socio-économique systémique dans lequel les élites vivent au sein de safepoles, enclaves à l'abri de la misère, des problèmes sanitaires et écologiques, et de la criminalité.

C'est dans ce futur dystopique et inégalitaire que le lecteur suivra Emma Eloang et Cassandre Vilde, respectivement urbaniste et chargé de communication, prendre part dans le jeu des relations internationales. Liés dès leur enfance, par leurs capacités précognitives et en ayant été les sujets des expériences médicales secrètes du laboratoire Biotop dont ils ne se souviendront pas a posteriori, les personnages seront au premier plan des tensions d'un conflit armé à l'échelle mondiale.

La mise en orbite d'une safepole russe et les élections dévoilant la montée au pouvoir d'un régime totalitaire catalyseront les hostilités et menaceront, comme au temps de la Guerre froide, l'espèce humaine. L'auteur aborde alors, à travers le prisme d'une menace atomique globale, les thématiques du pouvoir politique et de la communication manipulatoire, des inégalités sociales, de la recherche scientifique entre expériences secrètes et armement technologique, de liberté et d'ultra-surveillance, d'uniformisation culturelle, tout en mettant en scène un monde en déliquescence écologique.

Les va-et-vient physiques et idéologiques des protagonistes, dans une œuvre rappelant tantôt Exodes de J.-M. Ligny, tantôt les nouvelles de Ph. K. Dick, sans omettre Dr Folamour de Stanley Kubrick, marqueront le déséquilibre d'un monde en sursis, souligné par les rêves apocalyptiques prémonitoires qui ne sont pas sans évoquer le personnage mythologique de Cassandre et l'annonce de la Guerre de Troie.

Au fil des pages, le rythme s'accélère, la tension sans cesse au bord de la rupture et c'est à la suite de réactions en chaîne haletantes que le lecteur verra le dénouement condamner l'hybris et la science se substituer à l'antique intervention divine.

Ponctué d'idées écofictionnelles et anticipatoires intéressantes, ainsi que de références aux origines diverses, le roman Safepole de Léonard Foggia entraîne le lecteur en un rythme effréné et une fuite en avant destructrice, résonnant non seulement avec les problématiques géopolitiques actuelles, mais en mettant également en relief l'efficience et les limites du libre-arbitre.

 

Commenter cet article