Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Galaxies 40. Dossier : La Cosmanthropie : un aspect du transformisme cosmique chez l'homme dans la science-fiction (mars 2016)

Publié le par F.

Galaxies 40. Dossier : La Cosmanthropie : un aspect du transformisme cosmique chez l'homme dans la science-fiction (mars 2016)

Le numéro 40 de Galaxies de mars 2016 propose un dossier aussi original qu'intéressant sur la cosmanthropie, notion faisant converger plusieurs aspects de la littérature science-fictionnelle, de l'imaginaire cosmique jusqu'à la réflexion sur la nature humaine.

Jean-Pierre Laigle, auteur de ce dossier, montre que la cosmanthropie répond d'abord à un double abandon, celui de la planète Terre et celui des caractéristiques physiologiques et psychologiques de l'homme, le vide de l'espace intersidéral étant le prochain biotope de l'espèce humaine. Car la cosmanthropie n'est pas l'essaimage de l'homme vers de nouvelles colonies à l'atmosphère plus ou moins propice, elle est l'adaptation de l'homme au vide cosmique suite à l'évolution naturelle de l'espèce ou à un transhumanisme reposant sur les progrès du génie génétique.

S'appuyant sur de nombreuses références littéraires, Jean-Pierre Laigle analyse le concept de cosmanthropie ainsi que les réflexions qui en découlent quant aux limites de l'humanité, quant à la notion-même d'humanité entre négation et dépassement d'une condition. Car l'expansion humaine dans l'espace sidéral où l'homo spatialis succéderait à l'homo sapiens remet en question l'espèce humaine, d'une part par la transformation physique s'opérant pour s'adapter aux contraintes du vide, et d'autre part par l'apothéose cosmique avec l'appréhension de l'infinitude de l'espace et l'avènement d'un être supérieur à la limite du divin. Le corps devient chrysalide, et l'espace sidéral une fin et le théâtre de la transcendance d'une conscience et d'une intelligence débarrassée d'une enveloppe mortelle.

Les nombreuses références du dossier illustrent cette mutation formant un tournant à la fois génétique et psychique et soulignent parfois la métaphore d'une quête spirituelle. Et Jean-Pierre Laigle renchérit la réflexion d'une bibliographie, d'entretiens avec Jorge Luiz Calife, Laurent Genefort et Linda Nagata, de nouvelles de Pavel Annouel, de Michèle Laframboise, de Domingo Santos et de Jean-Pierre Laigle ; le concept de cosmanthropie y croisent alors, dans des récits déclinant aventures individuelle et collective, les notions d'intemporalité, d'aliénation de l'individu, de posthumanisme, de mémoire collective, de surhomme selon la philosophie nietzschéenne... et le lecteur nourrit sa réflexion à partir de chaque page de ce dossier faisant écho à des œuvres telles que 2001, l'Odyssée de l'Espace (1968) et Les Enfants d'Icare (1953) d’Arthur C. Clarke, ou encore Le Monde vert (1961) de Brian Aldiss.

Ce dossier de Galaxies sur la cosmanthropie, richement documenté et illustré par des nouvelles de qualité, montre encore une fois que la littérature science-fictionnelle est un tremplin spéculatif indéniable pour réfléchir sur l'homme et sur les dimensions ontologiques et métaphysiques de l'humanité.

Commenter cet article