Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Nef des Fous, Richard Paul Russo (2001)

Publié le par F.

La Nef des Fous, Richard Paul Russo (2001)

Distingué par le prix Ph. K. Dick en 2002, le roman de Richard Paul Russo La Nef des Fous s'inscrit dans la tradition science-fictionnelle du space opera et du big dumb object.

L'Argonos est un vaisseau spatial gigantesque qui erre de système en système. D'origine inconnue, bien que certains prétendent qu'il aurait été lancé de la planète Terre aujourd'hui détruite, l'Argonos a vu se succéder des générations d'humains et n'a pas fait d'escale depuis des décennies. Traversant l'univers depuis des siècles, les objectifs premiers du vaisseau ont été oubliés et ses projets sont incertains. Le Capitaine Nikos Costa et son conseiller Bartolomeo Aguilera n'ont pas de plan clairement établi, l'Évêque de la Cathédrale autour de laquelle a été construit le vaisseau proclame quant à lui la mission évangélique de l'Argonos. Il en résulte ainsi une instabilité, une situation de crise politique et ontologique, aggravée par une société inique et fortement hiérarchisée au sein du vaisseau. La structure sociale de l'Argonos se sclérose en effet dans une ghettoïsation séculaire et atavique. Les soutiers, formant le Tiers-Etat du vaisseau, fomentent une insurrection pour renverser une société de privilèges.

Aussi, quand l'Argonos entrera dans le système d'une planète potentiellement habitée et favorable à la colonisation et quand il abordera plus tard un vaisseau alien a priori abandonné, les intérêts de chacune des parties se révéleront et interrogeront le lecteur.

Un grand nombre de références mythologiques, littéraires et religieuses émaillent La Nef des Fous et en font un space opera aussi récréatif que propice à la réflexion.

En effet, la structure physique et sociale de l'Argonos, la thématique de l'arche ou du vaisseau stellaire intergénérationnel où l'objectif de la mission et ses origines se perdent au fil des siècles peuvent nous faire penser aux œuvres de Brian Aldiss telles que Croisière sans escale et La Tour des Damnés. Et dans le sillage de Brian Aldiss, grâce au matériau de l'arche, La Nef des Fous reprend les problématiques de la transmission de la mémoire collective, de l'adaptation de l'homme à son environnement, de la place influente de la religion, des inégalités sociales pour mettre en récit une réflexion sur le pouvoir, la foi et la domination.

Richard Paul Russo semble insister en outre sur la fragilité et la vanité de la nature humaine en mettant également les personnages de son roman aux prises avec des découvertes dont ils ne maîtrisent pas les enjeux et qui mettent en relief leur ignorance et leur place toute relative au sein de l'univers. Cette notion est clairement mise en avant lors de la rencontre avec le vaisseau alien, supérieur en tous points à l'Argonos et aussi insaisissable que l'objet en approche de la Terre dans le roman d'Arthur C. Clarke Rendez-vous avec Rama, autre œuvre fondatrice sur la notion de l'inanité de l'homme.

Le space opera est prétexte pour analyser les rapports humains et les enjeux individuels et sociétaux issus de ces interactions. Et le titre de l'œuvre de Richard Paul Russo fait écho à La Nef des Fous de Sebastien Brant (Das Narrenschiff), œuvre moralisatrice et satirique, écrite au XVe siècle, dans laquelle l'écrivain fustigeait les vices des hommes. Les personnages de Russo présentent les mêmes traits dénoncés par Brant. Le Capitaine Nikos Costa abuse de la boisson tout au long du récit ; la sincérité de la foi de l'Évêque est remise en cause ; certains personnages en arrière-plan du récit sont, à l'image de Casterman, en déperdition mentale ; l'orgueil et l'avarice sévissent dans les classes supérieures de l'Argonos...

Si le vaisseau errant semble être ainsi un purgatoire, le vaisseau alien apparaît dès lors comme le Léviathan, comme une menace destructrice exacerbant les passions humaines et mettant en relief la vacuité de l'homme. Comme dans le mythe du Léviathan, le vaisseau alien se réveille peu à peu, se fait de plus en plus terrible et mortel, formant ainsi un climax dans le récit où convergeront toutes les réflexions précédentes.

La Nef des Fous de Russo conjugue ainsi le schéma d'une thématique science-fictionnelle traditionnelle avec réflexions métaphysiques et réflexions sur le propre de l'homme tant au niveau physiologique que comportemental. Et si le récit met en avant les dangers endogènes et exogènes de la condition humaine, il laisse aussi le soin au lecteur de penser avec optimisme aux notions de civilisation et de libre-arbitre.

Commenter cet article